Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Donnez du sens à votre vie: AIMEZ!

Publié le par Accompagnant coach psychothérapeutes

W Faulkner nous disait d'avoir des rêves suffisamment grands pour les suivre... C'est par ce que nous rêvons et aimons que nous vivions. Le destin des hommes dépend de la grandeur de leur rêve.

Cette pseudo réalité réaliste issu de la raison raisonnante  est plus petite que la force de l’imagination. Seulement, nos peurs nous poussent à croire le contraire. Jules Vernes écrivait que  «  Tout ce qu’une personne peut imaginer, d’autres vont le rendre réel », (ses livres en sont des preuves).

Rien n’est plus intime que nos rêves. Se plier à une pseudo réalité  (c est la vie, c est la crise, etc.) c est se couper de soi, mais surtout ne plus réaliser de grandes choses. Le rêve est notre « désir », cet éros grec, cette force vitale qui met en route la chair. C’est aussi l’anagramme d’OSER. Abandonner ses rêves c’est abandonner l’intime et à la longue notre force vitale. Vous sentez fatigué, vieux, quel rêve avez-vous abandonné ou pas oser vivre ? En êtes-vous heureux ? Nous vivons une époque sans rêve, sans création. Nous vivons une période de réaction (à la crise, la peur, etc.). Création, réaction, les mêmes lettres, deux forces de vie différentes….

Nous ne créons plus de sens, et nous en mourrons. Il n’y a jamais eu autant de suicides, de dépression de haine (vers soi et/ou les autres).

Viktor Frankel (inventeur de la logothérapie) considère que pour dépasser nos problèmes dans la vie (il a fait cette découverte à Auschwitz) nous devons trouver un sens à notre vie!

Le problème est qu'aujourd'hui le seul sens de bien des gens est d avoir un téléphone plus gros ou plus beau etc.

La transcendance n'a plus lieu de citer et surtout chez les politiques. Nietzsche déjà nous recommandait de trouver «une raison de vivre". Avoir une raison transcendante, donne un sens à nos douleurs, nos efforts,....

Un des sens premier de l'Homme est...aimer! Aimer est la première (des l enfance) et principale activité de l'humain. Seulement, dans notre époque cynique, plus personne ne parle d'amour. Notre société moderne meurt de solitude.

Comme le dit si bien le philosophe Alain Badiou, « nous vivons une conception sécuritaire de l’amour ». En effet, il prend l’exemple des  sites internet de rencontres (sic) qui vantent « l’amour sans le hasard, d’être amoureux sans tomber amoureux, l’amour sans le risque etc. » La part du rêve amoureux disparait au profit de la sécurité, du confort…Ce sont les nouveaux mariages arrangés (sans vaches ni dotes) fait au nom du confort et de la sécurité personnelle.  Encore une fois, la philosophie sécuritaire et victimiste ambiante souhaite nous faire croire, que nous pouvons nous libérer du risque, alors qu’en fait elle nous aliène et nous ampute la grande part de notre liberté.. Le "meilleur des mondes" décrit aussi ce que serait la dictature parfaite: une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves "auraient l'amour de leur servitude"...sans risque dans le confort. L’amour est devenu un risque inutile en 2012 remplacé par des divertissements sexuels voir des amitiés lénifiantes. La passion, le rêve et l’amour  sont des conceptions dangereuses et trop risqués n’entrant pas dans le carcan de « la pensée consommatrice » ! L’amour c’est la confiance dans la Vie. C’est à dire, accepter que tout n’est point qu’intérêt, mais qu’il existe un hasard, cette forme de liberté qui nous invite à utiliser notre force de liberté. Bien sûr, ce point métaphysique, un hasard devenant la source de « sens de deux vies » peut sembler intolérable. Voilà pourquoi notre époque qui refuse le risque (donc la vie) ne peut l’accepter. Comment accepter, qu’un événement non contrôlable (le hasard), insignifiant puisse changer radicalement la vie de deux personnes ? En acceptant le risque et donc la Vie comme le fait l’enfant.

Les jeux du hasard et de l’amour nous renvoie à nos jeux, ceux de l’enfance, où le jeu est le reflet du JE.  L’enfant se donne tout entier quand il joue, dans son jeu (je ?). Il vit pleinement et en cela la force vitale universelle (voilà pourquoi l’enfant qui joue ne se fatigue pas avant longtemps, il utilise et reçoive le Chi). L’enfant qui joue est dans le mouvement de la vie. Ce « je suis » que nous perdons au profit (pour qui ?) du « je pense être ». L’adulte s’amuse (âme usée) et les jeux de l’amour lui font revivre le jeu de l’enfant. « Laissez venir à moi les petits enfants » nous disait Jésus. Laissez venir à moi votre amour, sans calcul, c’est-à-dire l’expérience concrète de la vérité. Pour Platon et Badiou, cette « procédure de vérité », tout amour qui ne se calcule pas, qui accepte le risque, l’expérience du monde en quelque sorte, produit une vérité nouvelle sur la différence. Dit autrement, c’est expérimenter le monde non plus dans une conscience solitaire, mais dans ma conscience étendue avec « l’autre », elle-même étendue par moi. C’est en cela que l’amour véritable intéresse l’Humanité. L’amour, nous fait vivre l’impossible, ce qui  nous paraissait impossible avant d’être dans la Force d’amour. C’est l’amour qui nous donne la force de franchir le mur de « l’impossible », de toutes nos incapacités à vivre. Le vrai message du Christ d’ailleurs est bien de dire que tout est possible ici bas par amour. L’église nous à fait croire l’inverse et la pensée consumériste elle nous fait croire que l’amour étant risqué, il fallait le remplacer par la jouissance immédiate (définition de la jouissance actuellement). Dans les deux cas c’est refuser le risque encore. C’est refuser de donner et de recevoir. D’ailleurs, pour moi, le pardon c’est donner par (amour). L’amour véritable c’est savoir donner et recevoir, c’est faire circuler les richesses (émotionnelles, spirituelles, etc) et donc créer la prospérité.

Réaliser l’amour, crée une Force qui nous permet de vivre pleinement. Cette Force créatrice venant de l’échange (de mon être essentiel à l’être essentiel de l’autre) nous aide à nous libérer de nos déterminismes (et/ou Karma). Ainsi l’amour nous permet de sortir du « j’ai fait », « je veux, je peux » (sic). L’amour véritable, c’est être Libre (de nos croyances) et Juste.

Au paradis, Adam et Eve n’étaient pas vêtus de peaux mais d’habits de lumière par la Force de vie. Vivre dans l’amour, c’est rayonner, c’est se vêtir et vêtir d’habit de lumière les autres. Vivre dans l’amour, c’est vivre ici et maintenant au paradis, même et surtout au risque de rencontrer le serpent puisqu’il nous permettra de vivre notre Force de Liberté et de Justesse et donc  de renforcer l’Amour.

 

 

 

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

Accompagnement des soignants: médecins, infirmières, thérapeutes...

Publié le par Accompagnant coach psychothérapeutes

Vous aidez, vous écoutez les malheurs, les souffrances, les doutes de vos patients, mais vous qui vous aide et qui vous écoute ?

 

La vulnérabilité et la souffrance du soignant est réelle !

 

14 % des causes de décès des médecins libéraux en activité sont le suicide (enquête du CNOM, 2003),
- 38 % des causes d’invalidité chez les médecins sont liées à des affections psychiatriques (CARMF, 2005),
- 47 % des médecins libéraux présentent les symptômes du syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out (enquêtes URML Bourgogne 2001, Poitou-Charente 2003 et Champagne-Ardenne 2004),

Pour les autres populations soignantes (infirmières, hospitaliers, thérapeutes, etc.) les chiffres sont voisins.

 

A force d’affronter seul toute la misère du monde vous vous fatiguez chaque jour de plus en plus sans jamais remonter complètement la pente ; au bout le burn-out vous attends.

Le syndrome comporte différents degrés d'intensité. Il suit une sorte de progression étalée sur des mois ou même des années.

 

Les signes d’alerte selon Edelwich et Brodsky sont :

 

 

1) L’enthousiasme : Vous êtes plein d’enthousiasme. Tout est beau et possible et rien ne peut vous résister. Vous vous  dépensez sans compter pour les patients et vous vous en trouvez profondément gratifié.

2) La stagnation : Mais, arrivent des obstacles qui calment cet enthousiasme. Certains patients vous déçoivent, l’administration vous use. Votre solution pour compenser ce déficit de plaisir est un surinvestissement qui vous fatigue : votre santé s’altère, vous dormez mal, cela crée des tensions au sein de la famille, vous négligez votre vie intime.

3) La désillusion, la frustration : Vous commencez à douter du sens de votre travail, de vos  jugements et de vos compétences. Vos patients peuvent vous apparaitre ingrats et pénibles, les collègues irrespectueux ou indifférents.  
«Ça sert à quoi? Est-ce que ça en vaut vraiment la peine?»  
Vous avez l’impression d’être déconsidéré. Vous devenez irritable pour vos proches. Votre santé se dégrade. Vous avez recours à l’automédication et/ou vous prenez plus d’alcool, ce qui ne fait qu’accélérer le processus d’aliénation.

4) L’apathie, la démoralisation :
Vous êtes sur la voie du «burn out» ! Vous vous pensez  nettement dépassé, incompétent; vous souhaitez  éviter les patients, le personnel… Vous ne travaillez seulement que pour payer les factures. Parfois vous songez à tout arrêter, voire à vous suicider. La dépression est grave et l’issue passe par des soins spécialisés.

 

Il n’est jamais trop tard pour agir. Spécialiste de la gestion du stress et de l’angoisse, spécialiste de l’aide aux soignants, je peux vous aider à retrouver un chemin de vie harmonieux.

Redonner un sens, apprendre à vous protéger, à communiquer efficacement avec vos patients sans vous user, appréhender ce monde en mutation de façon neutre, aller en vous-même pour vous ressourcer,… sont quelques éléments que vous saurez mettre en place à l’issue de nos séances.

Je peux vous accompagner efficacement vers le mieux être !

Partager cet article

Repost 0

Coaching pour femmes: Retrouvez votre équilibre

Publié le par Accompagnant coach psychothérapeutes

C'est un métier que d'être femme:

Vous devez toujours être performantes pour:

- Votre entourage

- Votre boulot

- Vos enfants

- "Votre homme"

- A la maison (ménages, courses, devoirs, etc)

- etc

C'est une vie de dirigeante d'entreprise, de championne olympique, de politicienne que vous menez là.....

Il est normal que parfois, vous souhaitez faire le point sur votre vie, votre évolution, harmoniser votre vie familiale, sociale et professionnelle, sortir de la routine.

Vous avez besoin d’une aide structurante pour clarifier les choses pour mettre dans votre vie les ingrédients nécessaires à votre épanouissement:

Après une maternité par exemple, il est important de retrouver un équilibre personnel, familial et professionnel. Et ce n’est pas toujours facile… Il se peut aussi qu'au travail ou dans la vie privée, une problématique récurrente empêche d’évoluer ou encore, qu'après avoir été ébranlée par des expériences négatives, la femme doute de ses capacités et de son potentiel.

Voici certaines difficultés auxquelles de nombreuses femmes sont confrontées et qui peuvent être surmontées avec le soutien du coaching que je propose:
- Frustration due au manque de reconnaissance
- Stress et pression le syndrome de la superwoman
- Perte de confiance en soi / faible estime de soi
- Culpabilité
- Problèmes de gestion du temps
- Rapport ambigu à l’argent
- Peur du succès

Le Coaching de Femmes, a pour mission de leur offrir un accompagnement d’aide personnelle et professionnelle et de leur permettre d’obtenir des résultats d’évolution positive concrets et mesurables dans leur vie, reprendre en main ce qui est important pour soi, redevenir active après un congé de maternité, parental ou une interruption de carrière, voir une plus longue interruption

Ce coaching s’adresse avant tout aux femmes désireuses de prendre ou reprendre leur vie personnelle et/ou professionnelle en mains pour s’épanouir pleinement en accord avec leurs valeurs et en optimisant leurs ressources.

Le but est que vous puissiez acquérir votre pouvoir de femme:

Il y a deux façons d’avoir le pouvoir : devenir président de la République, devenir l’homme plus riche du monde ou être une femme.

La femme ne sait pas qu’elle peut avoir le vrai pouvoir et de ce fait elle se comporte timidement, elle doute, elle n’est pas sure d’elle. En effet le monde des hommes et du pouvoir, l’éducation civile et religieuse, les tabous qui en découlent, mettent la femme en position d’infériorité. G. Coretti

Au-delà des mots et des maux…
Les notions d'homme et de femme restent à un niveau très matériel:

Biologique d'abord puisque nous sommes des êtres vivants sexués. Cependant, c'es le mental qui discrimine, compare, met des étiquettes. On peut considérer un être humain en général et la femme par exemple, de différents points de vue: la femme prise dans son acception physique, corporelle, sexuelle, la femme prise dans son rôle social de mère, de fille, d'épouse, d'amante, ou encore la femme dans son essence de principe ou d'énergie féminine.
Ce féminin ne concerne plus la moitié de la population mais chacun d'entre nous, quel que soit le sexe de son corps.
Lorsque masculinité et féminité (Yin et Yang) à l'intérieur de chacun de nous, sont en harmonie, alors l'être s'éveille…

En tant qu'homme, je peux vous apporter une écoute et un coaching complémentaire

Partager cet article

Repost 0