Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

24 articles avec spiritualite

La colère est juste quand elle est au service de causes justes

Publié le par Accompagnant coach psychothérapeutes

La colère est une émotion saine quand on est conscient de ce qu'elle nous fait vivre. Il est possible d'être Juste dans la colère. Si nous comprenions rééllement Jésus , nous serions enfin nous mettre en colère. Du début à la fin des évangiles il est en colère. De nos jours, l'époque est à la peur. Il ne faut plus faire de vagues, de bruit et surtout ne pas se mettre en colère. La colère n'est plus admissible socialement comme elle l'était dans la Gréce antique. L'oeuvre fondatrice de l'occident, l'Illiade ne s'ouvre t'elle pas sur une colère du héros Achille?

La colère semble...mettre en colère ceux qui la jugent mauvaise.  Et cela est logique car elles confondent l'expression de la colère et la colère elle même. C'est une preuve d'amour de pouvoir se mettre en colère...

Evacuons un point: La colère devient un pêché quand elle se trompe de cible ( qui est la définition exacte du mot péché). Cette colère  (du latin angere, qui signifie "étrangler") est un sentiment intense de déplaisir qui survient lorsqu'un besoin n'est pas comblé ou qu'une attente ne se réalise pas. C'est une colère d'enfant gâté et non une colère saine.

La colère saine est en lien avec la Vie.En hébreux "Ruwach"  que l'on traduit souvent par colère, peut aussi l'être par Haleine (de Dieu, la Vie), souffle, vent, Esprit qui respire vite... Personne ne me force à la colère. JE  choisi de façon consciente la colère. Tel est la colère saine. Je choisis l'énergie de colère comme énergie mobilisatrice, comme énergie de mouvement. Elle me permet de mobiliser mes forces pour mener une action de vie. Quand Jésus se met en colère pour chasser les marchands du temple... C'est pour redonner de la Vie au lieu ( le Temple qui est aussi symbole du corps et de l'arbre de Vie).  Dans l'Ancien Testament, pour le prophète Ezéchiel le Temple est comme  une source abondante qui va faire refleurir le désert, le transformer en un verger magnifique, la Vie. Pour Ezéchiel Le temple de pierre est vie, pour le nouveau testament, Jésus devient la source de vie, la source d'eau qui coule en abondance : "Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive jailliront de son cœur" (Jn 7:38).

Aujourd'hui, le temple ( notre corps) nous permet de faire vivre en soi une énergie qui nous permet  d'aller à la fois à sa propre rencontre et dans le même temps prendre conscience ( de Dieu) de la Vie . Jésus se rend compte que les marchands du temple sont des marchands de mort spirituelle et énergetique. La parole si puissante soit-elle n'est plus suffisante pour mettre en mouvement ceux qui figent les choses ( la mort fige). Plus tard il aura aussi des coléres contre ceux qui figent les rites et les rituels. Il ose en permance se mettre en opposition à ceux qui empêche la Vie de circuler Il est souvent dans la colère, le désaccord, la rupture (lire par exemple : évangile de Matthieu 10, 34-35).

 

Ce n'est pas un hippy baba cool, non! il voit rouge! Jésus sait ce qu'il fait, il ne perd pas le contrôle ; il prononce des paroles pensées, dures et coupantes comme le diamant qui parfois échappent longtemps, à ceux qui l'accompagnent.
Jésus dit "Détruisez ce Temple et, en trois jours, je le relèverai."  Il assume sa colère qui est pleinement consciente. Sa colère lui sert à

 

La colère saine (ou sainte? beaucoup de saint se mettaient en colère) vis en nous quand une situation empêche la Vie de s'écouler.

Se mettre en colère pour empêcher certains de tuer la Vie sur notre planète est-il un pêché?

La colère saine est indispensable pour nous rêveiller. Elle nous permet de chasser les marchands de mort au sens propre ( les pollueurs, les esclavagistes...) comme au figuré.  La source de Vie et d'eau vive, image de la vie spirituelle, coule en nous. Rien ne devrait l'empêcher ne nous abreuver. 
Si cette source est tarie ou bouchée alors il convient de mobiliser l'énergie suffisante pour redonner du mouvement à cette eau. Ma grand-mère disait toujours: " fais circuler la Vie, la source en toi, rien ne vis dans ll'eau qui stagne et puis ça pue".

 

La colère du frustré est destructrice, elle divise alors que la colère saine (de vie ) est exaltation  de la vie.

 

  La colère n'est pas mauvaise quand elle est au service de causes justes

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

Le chemin intérieur....

Publié le par Accompagnant coach psychothérapeutes

Pour ceux qui souhaite prendre le chemin intérieur voici les étapes de bases de ce chemin. Cela n’est pas de l’ordre d’une construction, d’un objectif à atteindre ou d’un devenir mais relève davantage du détachement de nos croyances, attachements qui nous empêchent de Vivre. C'est une façon de se libérer des conditionnements, des préjugés, des identifications qui nous lient à la façon dont nous rêvons notre condition humaine. On se libère du passé pour réaliser la Vie que nous sommes.

 

OBSERVER

ECOUTER

ACCUEILLIR

être dans la CONFIANCE

ACCEPTER

 

 

Observer ( sans jugement, croyance ou attachement) est la base du réveil!

Observer  "notre fausse identité sous ses multiples visages, à travers l’observation et une discrimination intelligente, constitue une étape essentielle dans le grand processus de détachement inhérent au « retour » à l’être" comme dirait Darpan. Observer en dehors de toute attente, croyance ou volonté. Observer avec son corps et être  juste là

 

Les mots étant des truelles là où il faudrait un fin pinceau pour réaliser un tableau parlant, je vous dirais que:

Ne vous attachez pas à mes mots, faites! Observer chaque jour quelques instants une fleur jusqu'à ce que vous soyez capable de ne plus vous dire elle est comme ci ou comme ça etc etc. C'est faisable...Observer demande juste de la pratique.

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

l'intuition selon Darpan

Publié le par Accompagnant coach psychothérapeutes

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

LA VOIX INTERIEURE!

Publié le par Jean-Yves Degorre

En 2009, j'ai écris ces quelques lignes...Depuis, je vis!

 

 

 

 

Le 15 avril 1985, je regardais distraitement à la télévision  "Le Grand Echiquier". L'invité était Michel Jonasz. Aprés quelques belles chansons, le chanteur parla de son chemin spirituel, sa découverte de Sri Aurobindo et Mère. Il évoqua celui qui  pris leur suite et  publia les carnets de Mère: Satprem*. 

Une  voix , dans cette émission retenti malgré sa douceur, celle de Satprem: "Qu'est-ce qui reste dans un homme quand il n'y a plus rien?"

Je ne peux expliquer pourquoi, mais j'ai gardé cette question.
je sais juste que j'ai vécu avec ce message, au fond de moi, pendant 25ans. Je le gardais, comme une flamme à entretenir. 

Cette voix, fut pour moi comme un repére.Balloté comme tout à chacun par la vie, oubliant de faire mes propres choix, j'ai lentement, trés lentement, avancé sur un chemin que je croyais ne pas être le mien.  longtemps, j'ai cru, que ma vie était coupée en deux; d'un côté ce que "je devais faire pour survivre" (travail, relations sociales...) de l'autre ce que je pouvais faire pour vivre (amour, amitié). j'ai cru dissocier les deux; d'un côté je subissais, de l'autre je choisissais. Et pourtant, rien de ce que je croyais subir ou choisir n'était totalement en dehors ou en dedans de moi... Au milieu, une force, auquel je rattache ce message m'a permis d' Aimer toutes les parties de moi que je croyais, que je voulais distinctes. Sans le savoir, depuis longtemps, j'avais commencé le chemin intérieur. Je l'ai compris il y a quelques jours. J'apprends à aimer, et à vivre avec ces "morceaux", dans leurs multiplicités, leur diversité, afin de contribuer à leur unité, en m'entrainant à l'ouverture du coeur, loin des complexifications du mental.

Loin des religions, des  spiritualités, "des matérialismes", les pieds dans la glaise, étape par étape, je me suis construit.  Par le corps, et l'esprit, j'ai nourri mon âme, en me disant c'est pas "Ca".
Toujours en marche, pas à pas,   j'ai appris avec les autres, à transformer ma raison en une intuition ordonnée; j'ai trouvé mon propre moyens... Ce n’est ni une « quête spirituelle », ni une fuite hors de la vie, mais au contraire un véritable voyage au centre de l’homme.

La voyage est PHYSIQUEMENT possible. Il n'y a ni magie, ni ésoterisme; il y a écoute et regard sincére vers nous même. 


*Français, Satprem est né en bretagne. Marin, sa vie bascula une première fois quand, résistant, il est arrêté par la Gestapo. Enfermé un an et demi en camp de concentration,il en ressort marqué, affaibli. Il part en Egypte et se retrouve finalement dans le sud de l'Inde, à Pondichéry, où il rencontre Sri Aurobindo et Mère, dont le message le bouleverse. Bien que cet éternel marcheur reparte, il revient quelques temps plus tard en Inde pour devenir le confident de Mère et son héritier spirituel.




http://www.youtube.com/view_play_list?p=C958E3FDEF033DAE&search_query=satprem

Quand tu te prends à mépriser quelqu’un,
regarde dans ton cœur et ris de ta folie.

C'est un miracle que les hommes puissent aimer Dieu
Et pourtant ne parviennent pas à aimer l'humanité.
De qui donc sont-ils amoureux ?

Le monde tout entier aspire à la liberté et pourtant chaque créature est amoureuse de ses chaînes. Tel est le premier paradoxe et le noeud inextricable de notre nature.

Sri Aurobindo

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>