Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

anticancer

Publié le par HÂNÂN

Publié dans Santé

Partager cet article

Repost 0

Ma philosophie: Allumer la lumiére de l'âme

Publié le par HÂNÂN

J'ai longtemps chercher comment me présenter le mieux.
Aujourd'hui je sais qui je suis, ce que je veux et ce que je peux!
La philosophie est fille de l'étonnement.
Une des première question fondamentale que je me suis posé  (après m'a dit ma mére-" qui est Dieu?") fut qui suis-je?

Cette question est le fondement de toute connaissance, de toute expérience. cette question si simple en appparence, fut la cause de milliers de livres, de pensées, d'initiations...
Pour ma part ça m'a pris (et ça continue) des années...

Le connais-toi toi même, c'est la connaissance suprème. la connaissance, c'est le pouvoir, surtout la connaissance de soi. Savoir qui l'on est, c'est être d'avantage conscient de notre façon de penser, de parler, d'agir. la connaissance de soi, nous apporte le discernement.
La personnalité humaine n'est pas immuable. c'est une lumière spirituelle qui se compose en autant de couleurs qu'un être en contient.
Se connaître, permet d'être qui ont est, vraiment, en dehors d'un mythe ridicule de pseudo penseurs spirituels qui prétend que nous devrions devenir une personne différente de ce que nous sommes aujourd'hui pour être rééllement. Cette erreur, qui est de croire qu'il faut changer sa personnalité pour être soi, est un leurre.
En fait, nous sommes déjà des êtres spirituels!
Tel monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, tous, nous avons déjà fait l'expérience de la spiritualité.
Lorsque les "grands maîtres spirituels nous disent: "vous êtes Dieu", ils nous éclairent d'une vérité qu'ils ont acquise dans leur travail, leur contemplation, dans leur âme.
Pour ma part, j'entends, vous avez en vous la possibilité d'être le meilleur de vous-même.
Le but de chacun de nous est d'aller chercher ce meilleur, ce divin pour rayonner et par la même rendre meilleur le monde.
J'ai toujours voulu venir en aide aux femmes et aux hommes pour qu'ils puissent reconnaître la lumière en chacun d'eux, acquérir la connaissance qui soutient et qui guérit, à décoder et à interpréter les messages de leur voix intérieure: En d'autres termes à être ENTHOUSIASTE!!!!
À l'origine,en Gréce antique, un enthousiaste est une personne possédée par un dieu. J'ai donc toujours voulu aider les autres à faire éclore le divin qui est en eux, le meilleurs d'eux même.
Comme sportif, comme manager, comme créateur d'association ou militant politique, c'est cette éclosion qui m'Enthousiasmait.
Voilà pourquoi, aujourd'hui je continue, libre, d'apporter mon aide, mes compétences, mon savoir être, mon savoir vivre à ceux qui veulent communiquer avec leur partie divine.
C'est VOUS qui connaissez le chemin, moi je suis là pour vous aider à le repérer, le ressentir, le sentir, le toucher...
Libre à vous ensuite d'Etre...

J’ai attendu d'avoir 45 ans avant d’accepter de travailler avec la psyché humaine. Durant toutes ces années, j’ai étudié, suivi des cours universitaires, travaillé, géré des entreprises, j'ai aimé, j'ai souffert, je suis partie à la recherche de mes origines, j’ai rencontré les traditions, les médecines et les sagesses ancestrales, changé d’orientation professionnelle, j’ai recommencé à étudier, j'ai appris à me connaitre… et surtout, j’ai appris à m’agenouiller et à me laisser enseigner par la vie en lui accordant toute ma confiance.

"Autant que je puisse en juger,le seul but de l'existence humaine est d'allumer une lumière dans l'obscurité de l'être"! nous disait Carl Jung

Publié dans Spiritualité

Partager cet article

Repost 0

LE SOMMEIL EST ESSENTIEL!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié le par HÂNÂN

La Santé appartient à ceux qui dorment bien! 45% des Français considèrent ne pas dormir assez. C’est le bilan que tire une étude de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé), la première du genre entièrement consacrée au sommeil réalisée par les pouvoirs publics. Cible de l’enquête : les jeunes adultes (25 à 45 ans) actifs qui bien souvent accumulent une dette de sommeil. 45% des personnes interrogées considèrent ne pas dormir assez. Les deux premières raisons : le travail (52,5%), et les facteurs psychologiques comme le stress ou l’anxiété (40%). Or, le manque de sommeil peut avoir de vraies répercussions sur la santé des individus : impacts sur les mécanismes d’apprentissage et de mémorisation, sur la régulation de l’humeur et du stress mais aussi de la glycémie…, souligne l’INPES, voire dépression, prise de poids, hypertension artérielle. Les travaux du groupe de Chicago, dirigé par Eve Van Cauter, ont établis expérimentalement qu’une privation de sommeil aigue était responsable d’une altération du métabolisme glucidique. Une étude de l'Université Columbia (New York) a démontré que le manque de sommeil contribue à l'obésité. Les chercheurs ont analysé le lien entre le nombre d'heures de sommeil et l'excès de poids. D'après cette étude, les personnes qui dorment moins de quatre heures par nuit ont 73% de chances d'être obèses de plus que ceux qui dorment de 7 à 9 heures. La probabilité supplémentaire d'avoir un problème de poids descend à 50% pour les personnes qui dorment 5 heures, et 23% pour celles qui dorment 6h par nuit. Le sommeil occupe le tiers de notre vie : à 60 ans, nous avons dormi 20 ans ! Indispensable à la récupération de nos forces physiques et psychiques, il est essentiel à une bonne qualité de vie. Pourtant, à notre époque, on ne lui donne pas la place qu'il mérite. On le considère souvent comme une perte de temps : malmené par des emplois du temps surchargés ou décalés, altéré par des drogues qui nuisent à notre santé, il ne peut plus jouer son rôle réparateur. Le sommeil mérite d'être mieux connu pour nous permettre d'en obtenir la quantité et la qualité nécessaire à une bonne qualité de vie. L'insuffisance de sommeil existe depuis la nuit des temps. Elle est manifestement plus fréquente à notre époque qu'elle ne l'a jamais été. Les impératifs de la vie moderne, les sacrifices consentis aux "plans de carrière", le sentiment de ne pas disposer d'assez de temps pour soi conduisent à une insuffisance chronique de sommeil. L'énergie électrique et la lumière artificielle ont permis l'allongement de nos soirées et le développement du travail posté et donc, une nette réduction de notre temps de sommeil. Le nombre d'heures de travail par an comme le pourcentage de la population travaillant de nuit ne cessent d'augmenter. Ainsi, de nombreux adultes, par ailleurs en bonne santé, accumulent une dette de sommeil Si nous ne récupérons pas assez, le manque de sommeil se reflétera sur nos activités quotidiennes. Des études de chronobiologie ont montré que les périodes les plus favorables à l’endormissement se situaient généralement sur la période nocturne de 23 h à 7 h et l’après-midi aux alentours de 13 h (sieste). Les périodes de 10 h à 11 h 30 et de 17 h à 20 h sont propices à l’activité physique ou intellectuelle. En faisant un grand raccourci, on peut dire que les insomnies, le manque de sommeil, raccourcissent finalement la durée de vie. D’où l’importance de trouver les causes de ces troubles du sommeil, et d’agir le plus naturellement possible, sans forcément avoir recours aux anxiolytiques et autres psychotropes chimiques, aux conséquences pour le moins incertaines. 75% des troubles du sommeil répondent à des causes comportementales et non organiques. Apprendre à connaître et maîtriser son sommeil et l’adapter à soi suffit donc à avoir des conséquences de taille ! A Faire Une chambre avec de l'obscutité La lumière inhibe la sécrétion de mélatonine qui régule le rythme veille/sommeil. Une exposition à la lumière dans la journée est en revanche primordiale. Une chambre avec une température basse (entre 15° et 19°) Le sommeil est également régulé par la température du corps qui baisse dans la soirée avant de remonter en fin de nuit. Une température ambiante trop élevée empêche le refroidissement naturel du corps et dérègle le sommeil. Une chambre sans télé, ordinateur ou jeux Toute activité stressante, euphorisante ou qui nécessite une concentration accrue (un livre passionnant, des pensées préoccupantes) empêche de s’endormir car elle retarde la mise en veille du cerveau. De plus, une télé ou un ordinateur allumés sont source de bruit et de lumière. Une chambre sans nourriture D’une part parce qu’il faut éviter de manger juste avant le coucher (les protéines et les glucides sont énergisants), d’autre part parce que le lit est réservé au sommeil et aux relations sexuelles. Toute autre activité quotidienne est déconseillée. Une chambre sans plantes La nuit les plantes dégagent du gaz carbonique (CO2) et appauvrissent l’air en oxygène ce qui est mauvais pour une bonne respiration et donc pour le sommeil Faire de la méditation : Grâce à la méditation, l’anxiété et le stress diminuent, le sommeil est amélioré, les troubles dépressifs mineurs sont atténués, le système immunitaire est renforcé (Seeman TE : Religiosity/spirituality and health. A critical review of the evidence for biological pathways. Am Psychol 2003, 58(1):53-63)

Publié dans Santé

Partager cet article

Repost 0

LA TELE COMME LABORATOIRE DE SOUMMISSION

Publié le par HÂNÂN

Le 17 mars prochain sur france2 regardez "le jeu de la mort", la télé remet au goût du jour une célébre expérience du professeur Stanley Milgram. Il a mit au point une expérience de psychologie sociale devenue célébre en France en 1979 grâce au film d'Henri Verneuil "I comme Icare". Dans ce film, on voit le déroulement et l'explication de cette expérience. Le but de l'expérience est de tester le degré d'obeissance à une autorité (scientifique pour Milgram). Bien sûr, ce test prend toute "sa valeur" quand les ordres deviennent contradictoires avec le respect de la personne humaine. Cette expérience a été maintes fois reproduite dans de nombreux pays et les résultats sont toujours aussi convaincants que ceux de Milgram.

Pour cette expérience, 600 sujets étaient recrutés par annonce de presse parue dans la publication locale de la ville de New Haven.
L’expérimentation se déroulait dans un luxurieux laboratoire de l’université de Yales.

La procédure est simple :
On fait croire aux participants que l’on réalise une expérience sur la mémoire et que l’on cherche à tester les effets de la punition sur le processus d’apprentissage. Le sujet tire "au hasard" un papier sur lequel est inscrit le rôle qu'il tiendra durant l'expérience (le tirage au sort est truqué, il sera forcément le professeur). On demande donc au sujet  Sujet naïf qui sera obligatoirement dans le rôle du professeur, de faire apprendre des paires de mots (comme « chapeau – ballon ») à son élève qui est en fait le complice de l'expérimentateur.


La consigne est simple :

Si l’élève donne une mauvaise réponse, le professeur (sujet naïf) doit lui administrer un choc électrique croissant de 15 volts à chaque erreur et cela de 15 jusqu’à 450 Volts où il est d’ailleurs indiqué « danger ».
Bien sûr, les chocs électriques ne sont pas réels mais ce qui est important c’est qu’ils le sont pour le sujet naïf.

Image


(schéma de psychologie sociale.com)



L’expérimentateur habillé de sa blouse blanche n’a le droit de dire que quelques phrases telles que :
« vous devez continuer » ou « il faut continuer » ou « continuez » ou « l’expérience veut que vous poursuiviez » ; pour mettre quelques variantes.

Milgram avait fait une petite enquête au préalable auprès de « professionnels du comportement humain » comme les psychiatres, les étudiants diplômés ou encore les professeurs de sociologie.
Tous semblaient unanimes pour dire que la plupart des sujets allaient se montrer désobéissant et ne pas administrer les chocs ; à l’exception de quelques cas pathologiques, ne représentant que 1 à 2 % de la population, qui assouvirait leurs pulsions agressives.

Les résultats vont donc être bien loin des attentes.
Le tableau ci-dessous représente le % d’individus allant au choc maximal et mortel de 450 Volts, ainsi que les moyennes des chocs électriques délivrée selon la plus ou moins grande proximité de la victime (l’élève)

Image



(schéma de psychologie sociale.com)

La hiérarchie apparaît indispensable à tous processus d’obéissance.
L’individu qui entre dans un système d’autorité ne se voit plus comme l’acteur de ses actes ; contraires à la morale, mais plutôt comme l’agent exécutif des volontés d’autrui. Il va attribuer la responsabilité à l’autorité.



Dans le film, une scéne édifiante se déroule pendant l'expérience: Le héros, Yves Montand, se revolte soudain en entendant les cris du complice, dont il ignore l'état de complice. Le scientifique lui explique donc les tenants et aboutissants de l'expérience et lui dit:
" Vous c'est à 180 volts que vous vous êtes  révolté...."


Et nous, et moi à combien de volts je me révolte chaque jour???
Combien de volts je laisse envoyer aux autres, aux faibles, aux animaux, à la nature, à moi?....AVANT DE REFUSER DE ME SOUMETTRE????
 


Publié dans Questionnement

Partager cet article

Repost 0